Notre Top 5 des meilleurs joueurs des années 2000 (2000-2009)

Nous poursuivons aujourd’hui notre tour d’horizon des meilleurs joueurs de l’histoire du football en nous intéressant aux années 2000. Encore une fois, ce classement reste subjectif !

Francesco Totti

  • Milieu offensif – Italie
  • Clubs successifs : AS Roma (1993-2017)
  • Palmarès : 1 Coupe du Monde (2006), 1 championnat d’Italie (2001), 2 coupes d’Italie (2007 et 2008), 2 Supercoupes d’Italie (2001 et 2007)
  • 58 sélections avec l’Italie (9 buts)

Homme d’un seul club et capitaine éternel de la Roma, Francesco Totti savait tout faire avec un ballon. Doté d’une technique exceptionnelle, d’un sens aiguisé du but et d’une grande vision du jeu, l’Italien a enchanté les supporters du Stadio Olimpico et de la Squadra Azzurra durant plus de deux décennies.

Affichant un niveau éblouissant lors de l’Euro 2000, Totti est élu meilleur joueur de la finale malgré la défaite concédée face à la France. Six ans plus tard, il remporte la Coupe du Monde face au même adversaire. Entre temps, l’Italien a refusé les avances du Real Madrid et est resté dans son club de toujours, dont il parviendra à étoffer le palmarès et à devenir sa plus grande légende.

Gianluigi Buffon

  • Gardien – Italie
  • Clubs successifs : Parme AC (1995-2001), Juventus Turin (2001-2018), Paris Saint-Germain (2018-2019), Juventus Turin (2019-2021)
  • Palmarès : 1 Coupe du Monde (2006), 1 Coupe de l’UEFA (1999), 10 championnats d’Italie (2002, 2003, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2020), 1 championnat de France (2019), 1 championnat d’Italie de Serie B (2007), 5 coupes d’Italie (1999, 2016, 2017, 2018 et 2019), 7 Supercoupes d’Italie (1999, 2002, 2003, 2012, 2013, 2015 et 2021), 1 trophée des champions (2018)
  • 176 sélections avec l’Italie

Avec une longévité exceptionnelle au plus haut niveau, Gianluigi Buffon est une légende du football. Certains observateurs se demandent même s’il ne s’agit pas du meilleur gardien de but de tous les temps. Impérial sur sa ligne de but et dans les airs, il faut dire que Buffon a marqué quasiment trois décennies de son empreinte.

Titulaire au sein d’une glorieuse équipe de Parme puis dernier rempart de la grande Juve, le natif de Carrare a remporté les trophées les plus prestigieux, à l’exception d’un seul : la Ligue des Champions, et ce, malgré trois finales disputées. Le gardien a néanmoins été le grand artisan de la victoire de l’Italie lors de la Coupe du Monde 2006. Tout le monde se souvient encore de son arrêt sur la tête de Zinedine Zidane, certains estimant même qu’il s’agit du vrai tournant du match.

Xavi

  • Milieu – Espagne
  • Clubs successifs : FC Barcelone (1998-2015), Al Sadd (2015-2019)
  • Palmarès : 1 Coupe du Monde (2010), 2 Euro (2008 et 2012), 4 Ligues des Champions (2006, 2009, 2011 et 2015), 2 Coupes du Monde des Clubs (2009 et 2011), 8 championnats d’Espagne (1999, 2005, 2006, 2009, 2010, 2011, 2013 et 2015), 3 coupes du Roi (2009, 2012 et 2015), 2 Supercoupes d’Europe (2009 et 2011), 6 Supercoupes d’Espagne (2005, 2006, 2009, 2010, 2011 et 2013), 1 championnat du Qatar (2019), 1 coupe du Qatar (2017), 1 coupe Crown Prince du Qatar (2017)
  • 133 sélections avec l’Espagne (13 buts)

A la fin des années 2000, le FC Barcelone appliqua avec brio une nouvelle façon de jouer : le tiki-taka. Si ce jeu fait de redoublements de passes est généralement attribué à Pep Guardiola, l’entraineur de l’époque, son architecte reste Xavi. Formé à la Masia, le métronome espagnol a été la pierre angulaire du Barça pendant de nombreuses années. Qui mieux que Xavi pour donner le tempo et permettre à l’ensemble de l’équipe de s’épanouir dans ce système de jeu si particulier ?

Ce n’est pas un hasard si le milieu de terrain espagnol a vécu les plus belles heures de son club de cœur et de la sélection nationale. Alliant technique, vision du jeu et qualité de passe, Xavi reste à ce jour l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football espagnol… et mondial.

Ronaldinho

  • Milieu offensif – Brésil
  • Clubs successifs : Grêmio (1998-2001), Paris Saint-Germain (2001-2003), FC Barcelone (2003-2008), AC Milan (2008-2011), Flamengo (2011-2012), Atlético Mineiro (2012-2014), Querétaro FC (2014-2015), Fluminense (2015)
  • Palmarès : 1 Coupe du Monde (2002), 1 Copa America (1999), 1 Ligue des Champions (2006), 1 Copa Libertadores (2013), 2 championnats d’Espagne (2005 et 2006), 1 championnat d’Italie (2011), 1 coupe des Confédérations (2005), 2 Supercoupes d’Espagne (2005 et 2006), 1 Recopa Sudamericana (2014), 1 championnat de l’Etat de Rio Grande do Sul (1999), 1 championnat de l’Etat de Rio de Janeiro (2011), 1 Copa Guanabara (2011), 1 championnat de l’Etat de Minas Gerais (2013)
  • 97 sélections avec le Brésil (33 buts)

Ceux qui préfèrent voir le verre à moitié vide regretteront que Ronaldinho n’ait exploité son potentiel maximum que l’espace de quelques années, la faute à une hygiène de vie indigne d’un footballeur professionnel. Les autres se réjouiront plutôt du caractère inoubliable de ces quelques années à regarder Ronaldinho jouer !

Considéré comme l’un des meilleurs dribbleurs de tous les temps, le Brésilien prenait pourtant toujours les bonnes décisions en allant dans le sens du jeu. Ses chevauchées endiablées, ses dribbles imprévisibles et ses passes géniales ont enchanté toute une génération. Ronaldinho était capable d’inventer un nouveau geste à chaque match.

Si son palmarès est éloquent, Ronaldinho c’est avant tout un état d’esprit : la joie de jouer, la joie de vivre. Arborant constamment un sourire aux lèvres, le Ballon d’Or transmettait du bonheur au public avec une fraicheur indescriptible. Ronnie fut d’ailleurs l’un des seuls joueurs du Barça à sortir sous les applaudissements du Santiago Bernabeu, un soir de cuisante défaite pour le Real où le Brésilien avait éclaboussé la rencontre de tout son talent, une fois de plus.

Zinedine Zidane

  • Milieu offensif – France
  • Clubs successifs : AS Cannes (1988-1992), Girondins de Bordeaux (1992-1996), Juventus Turin (1996-2001), Real Madrid (2001-2006)
  • Palmarès : 1 Coupe du Monde (1998), 1 Euro (2000), 1 Ligue des Champions (2002), 2 championnats d’Italie (1997 et 1998), 1 championnat d’Espagne (2003), 2 Supercoupes d’Europe (1996 et 2002), 2 coupes Intercontinentales (1996 et 2002), 1 Supercoupe d’Italie (1997), 2 Supercoupes d’Espagne (2001 et 2003)
  • 108 sélections avec la France (31 buts)

Il y a quelque chose de mystique dans le rapport de Zinedine Zidane avec le football. Comme si le ballon rond avait dès le départ choisi d’en faire une légende. Le Français a notamment toujours été présent dans les grands matchs, et pas de n’importe quelle manière : un doublé de la tête sur deux corners lors de la finale de la Coupe du Monde 98 ; un doublé pour son tout premier match avec l’équipe de France ; une reprise de volée exceptionnelle en finale de la Ligue des Champions ; une prestation extraordinaire face au Brésil en 2006 ; une panenka puis un coup de boule lors de la finale de cette même Coupe du Monde, le dernier match de sa carrière.

Les exemples sont encore nombreux et suffisent à comprendre pourquoi ZZ a autant marqué les esprits. Au-delà de sa présence dans les grands événements, le Ballon d’Or 98 avait un style de jeu qui n’appartenait qu’à lui. Son toucher de balle unique, son sens du tempo et sa façon d’éliminer ses adversaires seulement quand le jeu l’imposait font de lui l’un des plus grands meneurs de jeu de l’histoire. Aucune statistique ni ligne de palmarès ne pourrait réellement mesurer ce que procurait Zinedine Zidane sur un terrain de football.